Véhicule intelligent : définition, fonctionnement et enjeux

Qu’entend-on exactement par « véhicule intelligent » ? Comment fonctionne ce type de voiture et quels sont ses enjeux ?

Véhicule intelligent

L’évolution technologique dans le domaine de l’automobile n’est pas prête de s’arrêter. Elle converge généralement vers l’automatisation et le contrôle grâce à une intelligence artificielle. C’est d’ailleurs de là que le terme « véhicule intelligent » trouve son origine. Ce type de voiture est considéré comme une révolution dans le secteur de l’automobile. Comment la voiture intelligente fonctionne-t-elle et quels sont ses enjeux ?

Définition du véhicule intelligent

Le véhicule intelligent, aussi appelé voiture automatisée ou voiture connectée, est doté de toutes les fonctionnalités nécessaires, lui permettant d’assurer la conduite de manière entièrement autonome ou semi-autonome. Il permet ainsi de simplifier la conduite, voire de se passer de chauffeur dans un futur proche ; les modèles 100 % autonomes étant encore en phase expérimentale.

Bien évidemment, ce n’est pas la voiture qui est intelligente, mais l’intelligence artificielle qu’elle embarque avec elle. Elle a dû parcourir des milliers de kilomètres avant de pouvoir comprendre et appréhender les diverses situations qui peuvent survenir durant la conduite, grâce à divers équipements comme les radars, les caméras et différents capteurs.

Quels sont les enjeux relatifs à la voiture intelligente ?

Le véhicule intelligent revêt de multiples enjeux qui sont à la fois collectifs et individuels. Son développement et son adoption par la grande majorité permettront :

  • d’améliorer le confort des usagers ;
  • de fluidifier le trafic ;
  • de promouvoir une conduite économe et écologique ;
  • de rendre accessible la mobilité et la conduite à tous (seniors, personnes handicapées…).

Un véhicule automatisé serait également un grand atout dans l’optimisation des trajets. Étant donné qu’il reçoit les informations relatives au trafic en temps réel, il pourra emprunter le meilleur itinéraire.

voiture autonome

Comment fonctionne ce type de voiture ?

Les équipements des voitures intelligentes

Le véhicule intelligent autonome ou semi-autonome fonctionne grâce à de nombreux équipements et logiciels à la pointe de la technologie qui assistent le conducteur.

Il y a tout d’abord les caméras qui permettent d’identifier les panneaux de circulation, les marquages au sol, les feux, mais aussi les piétons, les animaux et les cyclistes. Elles sont, en quelque sorte, les yeux de la voiture.

Ensuite, il y a les radars qui peuvent être de différents types :

  • à faisceaux ou lidar qui permettent de repérer les autres voitures ;
  • de longues portées qui captent la position et la distance des autres véhicules en circulation.

Il y a également des capteurs à ultrasons qui détectent les obstacles se trouvant à faible distance du véhicule.

Les voitures intelligentes sont évidemment toutes dotées d’un GPS qui les localise dans l’espace et assure la configuration des trajets.

Enfin, il convient de noter que le véhicule autonome est un véhicule connecté. À cet effet, il est doté de capteurs et de systèmes de connectivité permettant de recueillir et de transmettre des données concernant sa position, sa vitesse, la pression des pneus, l’état des organes, voire le comportement du conducteur.

L’ intelligence artificielle est le système informatique qui analyse toutes ces données recueillies par ces équipements. En d’autres termes, ce logiciel permet à la voiture de fusionner les données, de reconnaître les situations et de prendre des décisions en conséquence.

ingénierie automobile

Les différents niveaux d’autonomie des véhicules intelligents

Si le fonctionnement des véhicules intelligents dépend essentiellement de leurs équipements et de leur intelligence artificielle, ils ne sont pas tous dotés des mêmes niveaux d’autonomie. Il existe aujourd’hui 6 niveaux d’autonomies permettant de classer les véhicules, intelligents ou non.

  • Le niveau 0 – il signifie que la voiture en question n’a pas du tout d’autonomie. Le conducteur pilote et contrôle tous les paramètres de conduite.
  • Le niveau 1 – l’assistance dont bénéficie le conducteur d’une voiture de niveau 1 d’autonomie est limitée. Elle se résume généralement à la régulation de la vitesse et à la direction assistée.
  • Le niveau 2 – à ce niveau, quelques actions spécifiques sont pilotées par le véhicule. Il assiste par exemple le conducteur durant les manœuvres de stationnement. L’assistance concerne aussi le maintien au milieu de la voie ou la gestion de l’accélération et de la décélération.
  • Le niveau 3 – les voitures de ce classement sont semi-autonomes. Cela signifie que le véhicule est capable de « visualiser » l’environnement et d’ajuster la conduite en conséquence. Il peut appréhender les dangers, gérer l’accélération, le dépassement ou la circulation dans les embouteillages. Le conducteur peut même se permettre de quitter la route des yeux brièvement.
  • Le niveau 4 – le véhicule intelligent dispose d’une autonomie élevée. Il peut assurer la conduite sur une autoroute ou lorsque les conditions météorologiques sont sans risques. En théorie, ce type de voiture n’a pas besoin de l’intervention du conducteur.
  • Le niveau 5 – ce niveau correspond à une autonomie totale de la voiture intelligente. Elle peut donc assurer la conduite quelles que soient les conditions des routes et les conditions météorologiques. Théoriquement, ce type de véhicule peut se passer de chauffeur.
Ces technologies vont, petit à petit, transformer nos solutions de mobilité, en offrant un large éventail de fonctionnalités et de services à bord. La sécurité reste cependant le sujet de préoccupation majeur.
Vous cherchez un prestataire en industrie automobile pour vous accompagner dans ces technologies ? Nos équipes d’experts en ingénierie sauront vous apporter les solutions technologiques et méthodologiques nécessaires.